Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Adhérents

Retour
Thierry Lebon
Le 17 novembre 2017
Compte rendu Assemblée des mixeurs du 6 novembre 2017.

Compte rendu Assemblée des mixeurs du 6 novembre 2017.

 

À l’initiative de l’ADM et du collège mixage de l’AFSI a été organisée, le 6 novembre dernier, une assemblée cherchant à réunir un maximum de mixeurs, adhérents ou non de nos associations.

Le but était de discuter et éventuellement définir des modes d’actions pour faire pression sur les syndicats de producteurs, afin de reprendre (ou d’initier) des négociations sur 2 points principaux :

- La réévaluation du salaire minimum.

- L’obtention du statut de «collaborateur de création».

Cette assemblée fait suite à la réunion de l’ADM du 18 septembre (à laquelle tous les mixeurs étaient conviés) intitulée : «déterminer et choisir les moyen d’action visant à faire aboutir nos revendications»

Étaient présentes une petite trentaine de personnes, nombre assez décevant si l’on tient compte de l’importance du thème et du fait que les deux associations organisatrices fédèrent la plupart des mixeurs.

Le débat commence par un petit rappel de Didier Lesage sur l’historique des négociations et place la soirée dans la continuité de celle du 18 septembre, avec comme nouvel élément l'annonce faite oralement par le délégué général de l'UPC que ce syndicat ne négociera pas nos revendications pour la raison que les producteurs adhérents ne lui en ont pas donné mandat.

Pour lancer le débat, Didier et Thierry Lebon relayent les échanges qu’ils ont eus en amont avec certains mixeurs absents et exposent quelques uns de leurs points de vue, arguments ou questionnements sur l'idée de faire grève.

À de rares exceptions près, tous semblent partants pour un mouvement de grève mais insistent sur la nécessité qu’il soit massivement suivi.
Dans le but de mieux connaitre les raisons de leurs refus, certains suggèrent que soient lancées des discussions «transversales» entre mixeurs et producteurs. Réaction de l’assemblée : il faut passer par les syndicats, une discussion non-officielle ne pouvant pas engager l'ensemble des producteurs.

Concernant les refus des syndicats de producteurs, d’une part de réévaluer notre salaire minimum (UPC), d’autre part de nous considérer comme «collaborateurs de création» (API), ces refus sont-ils officiels ?

Il est proposé de réunir les syndicats de producteurs pour leur demander une réponse officielle qui pourrait faire acte et constituer le point de départ d’un mouvement (grève??).

Il semble que la réponse de l’UPC (sur les salaires) soit officielle puisqu’elle est passée par le biais du SPIAC-CGT. La position de l’API n'est, semble-t-il pas annoncée officiellement.

Nous avons demandé au SPIAC-CGT (via L. Blois) de recueillir les positions de l'API et du SPI sur ces sujets, sachant que le SPI ne s’est prononcé sur aucun des deux sujets.

Est-il pertinent de rencontrer les syndicats de producteurs pour recueillir leur position officielle?

Ne faut-il pas mener de front une demande de réponse et un mouvement de grève?

Il est souligné que, étant donné l’attitude des syndicats de producteurs visant à faire trainer et à entraver toute forme de discussion, une réunion semble illusoire et surtout ne pas cadrer avec l’idée de lancer assez vite une action.

Il est débattu de la pertinence de mélanger les deux revendications.

Le débat se recentre autour de la possibilité ou non de faire grève.

- Le motif de la grève est d’abord débattu : faut-il un mouvement qui ait pour but l’obtention de nos revendications ou l’ouverture de négociations. Il semble s’imposer que ce mouvement doit avoir pour but d’entamer des négociations.

- Faut-il associer les monteurs son et les bruiteurs à ce mouvement ? Il paraît évident que plus nous serons nombreux, plus le mouvement sera fort, sachant que même en tablant sur une mobilisation forte, nous (les mixeurs) ne sommes qu’au grand maximum 80/90. De plus, la revendication sur la qualification de "collaborateur de création" est commune avec les monteurs son. Par contre, la revendication sur les salaires est spécifique à chaque métier. Le cas des bruiteurs est plus délicat, puisqu’ils n’ont pas encore eu de réponse quant à leur demande d’être considérés comme artistes.

Il est admis que, puisque l’idée est de faire un mouvement qui aurait pour but d’initier des négociations, il est préférable de faire un mouvement commun.

Par ailleurs, est évoqué le cas des mixeurs qui sont sur des téléfilms ou séries, et dépendent donc d’une autre convention collective. Il est convenu qu’ils ne sont pas concernés par le mouvement que nous préparons.

Quelle forme doit prendre cette grève ? Quelle date ? Doit-on faire un mouvement qui soit une démonstration de force, une grève dont la durée ne serait pas fixée ? Sommes-nous capables de nous mobiliser?

Une grève sur une journée aurait l’avantage de permettre que l'objectif d'une large mobilisation soit plus facile à atteindre, et pourrait avoir un effet engageant ou stimulant. Il est évoqué que lancer dès à présent un mouvement à durée illimitée pourrait rebuter beaucoup de mixeurs.

L’idée du mouvement court sur une journée (à priori en janvier) est ensuite débattue, journée qui serait comme un avertissement ou un préambule à un éventuel mouvement plus long (en mars). Ce deuxième mouvement prendrait alors la forme d'une grève reconductible et qui viserait à peser sur les films qui iraient à Cannes.

Cette journée de grève du mois de janvier aurait plusieurs buts:

- Compter nos forces et s'assurer de notre capacité à nous mobiliser.

- Si la grève est massive, amener les syndicats à engager des négociations.

- Éviter au mieux un mouvement plus long et plus dur en mars.

Plusieurs points essentiels sont soulevés:

- La date : pour que la journée ait un impact, il faut qu’elle concerne un nombre important de films. Il est donc suggéré de faire ça en janvier, plutôt dans la 2ème quinzaine (le 16/01 ou le 23/01) ce qui laisse du temps pour les négociations avant un éventuel durcissement au mois de mars.

- La forme : AG donc tout le monde quitte son auditorium pour se rendre dans un lieu à définir?

Chacun occupe son lieu de travail au risque de se trouver seul(e) et isolé(e) et donc soumis(e) à une éventuelle pression du réalisateur et/ou producteur.

- Comment décider ensemble d’un mouvement de grève alors que nous ne sommes pas très nombreux à cette assemblée.

- Comment faire, pour ceux d’entre nous qui travaillent peu ou très peu, pour s’engager dans un mouvement dans une période où habituellement il y a du travail.

- Comment communiquer sur le mouvement et nos revendications, sachant que le salaire que nous demandons peut sembler très haut par rapport à la moyenne des salaires, et que cela pourrait avoir un effet assez néfaste dont ne manqueront pas de se servir les producteurs.

Il est évoqué de faire appel à un attaché de presse, et de communiquer plutôt sur la défense d’un statut, sur la responsabilité et donc insister sur l’équivalence de salaire avec les chefs-opérateurs image.

Pour répondre à l'exigence d'avoir un mouvement suivi massivement, il est nécessaire de pouvoir évaluer le nombre des mixeurs qui sont prêts à s'engager sur un mouvement de grève tel qu'il a été défini. Ne pouvant le faire séance tenante, étant donné le nombre insuffisant de mixeurs présents, il est décidé de questionner tous les collègues (par exemple via Doodle) afin de recueillir leurs intentions. Le résultat de ce questionnement sera déterminant pour savoir si nous nous engageons ou pas dans ce mouvement de grève.

Il est évoqué de constituer un ou plusieurs groupes de travail afin de préparer au mieux ce mouvement de janvier…

……

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Compte rendu de l’AG des mixeurs AFSI/ADM du 8 mars

Compte rendu de l’AG des mixeurs AFSI/ADM du 8 mars

Compte rendu de l’AG des mixeurs AFSI/ADM du 8 mars

Présents 35, Pouvoirs 22

Le débat a porté...

Eric Tisserand
10 mars 2018
CR des mixeurs ADM/AFSI du 18 décembre 2017

CR des mixeurs ADM/AFSI du 18 décembre 2017

Compte rendu de l'assemblée générale des mixeurs ADM/AFSI du 18 décembre 2017

Sont présents :...

26 décembre 2017
Compte rendu Assemblée des mixeurs du 6 novembre 2017.

Compte rendu Assemblée des mixeurs du 6 novembre 2017.

 

À l’initiative de l’ADM et du collège mixage de l’AFSI a été organisée, le 6 novembre...

Thierry Lebon
17 novembre 2017
Compte rendu de la réunion skype "présidence" du 8/11/2017

Compte rendu de la réunion skype "présidence" du 8/11/2017

Compte rendu de la réunion Skype « Présidence » du 8/11/2017

 


Reunion ADM / AFSI du...

Thierry Lebon
15 novembre 2017
Bureau Montage . Compte rendu de la réunion du 18/09/2017

Bureau Montage . Compte rendu de la réunion du 18/09/2017

                   
AFSI
Bureau montage son
Réunion 2017-09-18


Présents : Raphaël Sohier,...

Bureau Montage
12 octobre 2017
CR bureau Mixage 26 sept 2017

CR bureau Mixage 26 sept 2017

Compte rendu réunion bureau Mixage 26/09/2017

Un certain nombre de choses avaient été discutées...

30 septembre 2017
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus