Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Edito

André Rigaut
Le 18 décembre 2017
Fin décembre
icoShare32Grey

Fin décembre

    Nous nous attendions à ce que ça nous tombe dessus un jour ou l'autre, et voilà que c'est déjà maintenant : La fin d’année approche, avec cette fois, en plus de Noël et du jour de l’an, une autre mauvaise nouvelle : la prise d’effet de la démission (annoncée) de notre président.

   Nous aurons l’occasion les uns et les autres de noyer le chagrin de cette perte dans les alcools qui accompagneront – je l’espère - les réveillons, et nous savons déjà que le 2 janvier sera un peu morose : l’AFSI devra tourner la page. Et avant tout remercier François de Morant pour sa présidence, que nous pouvons qualifier d'exemplaire durant quelles 8 années : toujours présent sans être pour autant omniprésent, responsable sans être dirigiste, passionné, tout en sachant ne pas attiser les passions, respectueux de sa fonction, de l'association, et de ses membres.

    Nous savons déjà que le remplacer ne sera pas chose facile : un président comme lui, ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval. D'ailleurs, au jour d'aujourd'hui (pour reprendre l'expression fétiche de François !) même les sabots de chevaux ne sont plus si faciles à trouver, et en bruitage, ils ont fini par se débrouiller autrement... 

   Je ne sais pas si nous trouverons un autre François dans les noix de coco, mais je propose que nous pensions tous ensemble à la relève. En attendant, et légitimé par le score soviétique – un peu effrayant - que j’ai vu s’afficher les résultats du vote du CA , je veux bien faire l’intérimaire, ainsi que me l’a proposé François, avec l’accord du CA. 

    Pendant le premier trimestre, en prévision de l’AG, je vais tenter d’aider notre belle association à trouver les bons candidats à la présidence de l’AFSI pour les années qui viennent. Ne faisons pas de cette passation de fonction une patate chaude, profitons de cette opportunité pour raviver la vigueur de l’association et faisons jouer son fonctionnement démocratique. L’AFSI sera ce que nous en ferons : elle peut continuer à faire preuve de dynamisme, elle peut contribuer à nous aider à exercer nos différents métiers du son dans une complicité et une créativité qu’il reste en permanence à construire, à inventer et à réinventer. Et bien évidemment aussi à mieux associer le son à l’image, comme le disent nos initiales, et aussi à la mise en scène, à la représentation du monde et à l’expression des imaginaires des artistes et créateurs que nous côtoyons… Plus les propositions et les candidatures seront diverses, plus grande sera pour nous l’opportunité de démocratie et de vivacité de l’AFSI.

2 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus