Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
William Flageollet
10 mai 2011

Communiqué du SNTR/SGTIF, la CGT, Production cinématographique

Communiqué du SNTR/SGTIF, la CGT, Production cinématographique

Paris le 10 mai 2011.

 Vendredi 6 mai, se déroulait à la Direction Générale du Travail, une réunion de l'ensemble des partenaires sociaux, en présence du Médiateur nommé par le Ministre de la Culture, du Directeur général du Travail, et d'un représentant des partenaires.

La Direction du travail est intervenue longuement sur la nécessité de doter le secteur de la production cinématographique d'une convention collective afin de réguler ce secteur très largement dérégulé depuis de très nombreuses années.

Le Médiateur nous a fait part de ces réflexions concernant deux points :

  • la durée du travail
  • les films de la diversité (entendez les films sous-financés)

Pour ce qui concerne la durée du travail dans le cinéma, le Médiateur proposerait une égalité de traitement entre les tournages en Régions et les tournages à Paris.

Les producteurs n'obtiendraient pas une dérogation systématique de la durée du travail à 60 heures la semaine, mais la possibilité de travailler pour cette durée hebdomadaire durant trois semaines consécutives.

Les films de la « diversité », le Médiateur maintiendrait le seuil des quatre millions d'Euros, seuil à partir duquel les films pourraient déroger à l'application de l'intégralité des salaires, accepterait que ce dispositif ne concerne qu'un nombre réduit de films – trente à quarante – , proposerait d'exclure de ce dispositif les plus bas niveaux de rémunération (à partir de quel seuil?), et opterait pour une modulation plus le film est sous-financé plus on peut déroger, et inversement.

Nous sommes intervenus très brièvement quand est venu notre temps de parole :

  • Nous avons regretté que la seule solution imaginée à la fois par les Pouvoirs publics mais aussi par les producteurs soit celle de faire financer le cinéma de la « diversité » par les salariés de nos secteurs. Quel singulier manque d'imagination !
  • Le seuil à quatre millions d'Euros proposé par le médiateur exclurait du paiement intégral des salaires du cinéma plus de 60 % des films et cela n'est pas acceptable.

Sans nous avancer plus avant, nous avons indiqué vouloir tout mettre en oeuvre pour l'obtention d'une convention collective d'application obligatoire dans le cinéma, à condition que cette convention ait vocation à concerner plus de 40 % des films produits.

  Le seuil de trente à quarante films, (ce qui en terme de pourcentage donne 20 % des films produits) nous paraît être un seuil raisonnable, plus que celui des 4 millions qui lui ne l'est pas, et préférable si nous devions adopter un tel dispositif.

  • Nous avons insisté sur le fait qu'un tel dispositif ne pourrait être que transitoire, période de cinq années, avec réexamen annuel du dispositif à titre d'observation, et devrait être accompagné d'une remise à plat des formes de financement du cinéma afin de permettre soit l'obtention de nouvelles recettes pour notre cinématographie, et/ou une meilleure mutualisation des financements du cinéma.

Le débat on le voit est difficile, il nous faut l'aborder dans l'unité syndicale, mais rien n'est à ce stade acté d'une quelconque prise de position de nos organisations. Nous mettrons pour ce qui nous concerne tout en oeuvre pour l'obtention d'une convention d'application obligatoire dans le cinéma, mais nous ne le ferons pas à n'importe quel prix, et encore moins au détriment de la profession dans son ensemble et sans l'accord d'une large partie des professionnels. Pas davantage, nous le ferons au détriment de l'emploi.

Nous réitérons notre demande d'une Assemblée Générale ouverte de nos deux organisations syndicales SNTR /SGTIF  et SNPTCT afin de trouver un chemin  unitaire, permettant d'aboutir. En l'absence de réponse de nos camarades du SNPTCT, nous tiendrons quand même cette Assemblée générale fin mai, début juin ouverte à  tous .

Ensemble, Tous ensemble pour avancer dans le cinéma et pour le cinéma.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Une cellule anti Harcèlement pour la culture

Une cellule anti Harcèlement pour la culture

Traiter le viol, le harcèlement sexuel, les violences sexistes et sexuelles, et toute forme...

Pierre-Antoine Coutant
13 février 2021
Une pétition pour le poste de 2d assistant son

Une pétition pour le poste de 2d assistant son

L'Afsi et les syndicats de salariés (Sntpct et Spiac) lancent une pétition pour appuyer leur...

David Rit
13 février 2021
INFORMATION IMPORTANTE concernant la FORMATION

INFORMATION IMPORTANTE concernant la FORMATION

Le DIF devient le CPF….De quoi parle t on ?De la monétisation des droits de formations.Le DIF ou...

Eric Tisserand
17 décembre 2020
Réunion entre le Spiac et les associations  du 18 Novembre 2020

Réunion entre le Spiac et les associations  du 18 Novembre 2020

Le 18 Novembre a eu lieu (par zoom) une réunion entre le Spiac et les associations...

David Rit
19 novembre 2020
Clauses Covid, contrats de travail & Cie

Clauses Covid, contrats de travail & Cie

1) Clauses Covid (par Undia)Nos collègues de l'association Undia ont soumis les clauses Covid...

Pierre-Antoine Coutant
8 novembre 2020
L'inter-association communique.

L'inter-association communique.

Après la culture, le travail. L’inter-association vient de s’adresser à la ministre du travail...

Pierre-Antoine Coutant
29 avril 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus