Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
François DE MORANT
10 mai 2011

Échanges de courrier entre l'AFSI et le CNC

 Envoyé : mardi 10 mai 2011 15:56
À : Roques Maylis
Cc : inter-assoc@googlegroups.com
Objet : Petite question
Importance : Haute
 

Bonjour,

 

Tout d’abord un grand merci pour nous avoir consacré autant de temps à nous écouter.

 

Je me permets de vous soulever une observation qui éclaire d’une manière tout à fait différente le projet des nouvelles Conventions Collectives.

 

Vous nous avez dit que les films dont le budget est inférieur à 4 M€ représentent entre 30 et 45 films par an en moyenne, soit en gros 25% de la production annuelle.

 

Hors, et on ne pas discuter la qualité de ma source ;-),  je lis sur le document « Les coûts de production des films en 2010 »  provenant du CNC (voir le lien) ceci : 

 

En 2010 

 

·         160 films agréés par le CNC dont :

 

  • 16 films <  1 M€
  • 43 films entre  1 M€ et 2,5 M€
  • 29 films entre  2,5 M€ et 4 M€
  • 28 films entre  4 M€ et 7 M€
  • 32 films entre  7 M€ et 15 M€
  • 12 films >  15 M€

 

 Soit 88 films d’un budget < 4M€ ce qui représente 55% de la production

 

On est bien loin des chiffres annoncés.

 

On observe que ces fameux films dits difficiles ou à budget restreint représentent plus de la moitié de la production et que cela éclaire d’une tout autre manière les arguments avancés lors des négociations.

 

Comme ces films représentent la majorité, on peut définir que par défaut un film est « difficile » !!

 

Voilà qui n’est pas pour apaiser le débat et justifie la grande inquiétude de l’ensemble des techniciens de la profession.

 

De qui se moque-t-on ?

 

Très cordialement

 


 

François de Morant   Président de l'AFSI 

francoisdemorant@afsi.eu

- - - - -

  Envoyé : mardi 10 mai 2011 16:19
À : 'François de Morant'
Cc : inter-assoc@googlegroups.com
Objet : RE: Petite question
 

 

Bonjour, 

je suis un peu surprise par le ton de votre message car je n'ai pas l'habitude de me moquer de mes interlocuteurs. 

  

J'ai indiqué à plusieurs reprises que ce que prévoyait le texte actuellement discuté était que des films répondant simultanément à 3 critères (budget, importance masse salariale techniciens et rapport masse salariale et revenus artistes et producteurs) et non pas le seul critère du budget, puissent être autorisés, par une commission paritaire, à appliquer une grille dérogatoire. 

  

L'application simultanée des trois critères réduit bien le périmètre potentiel aux chiffres que je vous ai indiqués. 

  

Espérant avoir levé votre inquiétude sur ce point, 

  

Maylis Roques

- - - - - - -

De : François de Morant [mailto:francoisdemorant@afsi.eu] 
Envoyé : mardi 10 mai 2011 16:50
À : Roques Maylis
Cc : inter-assoc@googlegroups.com
Objet : RE: Petite question
Importance : Haute
 

Re Bonjour 

  

Je ne pense pas que vous vous moquiez de nous. L’attention que vous nous avez témoignée en est la preuve. 

 

Ma remarque était d’ordre général.

 

Vous allez me trouver têtu, mais j’ai le regret de porter à votre attention que le critère du budget reste le seul décisif.

 

En effet en parcourant avec ma calculette le toujours même document du CNC, je vous ferai observer que :

 

  • Le critère du rapport masse salariale techniciens et revenus artistiques et producteurs est toujours respecté, cette dernière ne dépassant jamais la masse salariale techniciens de plus de 4 fois.
  • Le critère de l’importance de la masse salariale des techniciens (puisqu’il faut y inclure les charges sociales afférentes) à 18% également

 

Donc seul le budget fait la différence.

 

Ce sera donc 55% de la production cinématographique qui sera portée devant la commission paritaire afin de solliciter une grille dérogatoire.

 

C'est-à-dire la majorité des films de production.

 

 

Très cordialement

 

 

François de Morant   Président de l'AFSI

francoisdemorant@afsi.eu

 

 - - - - - - -

 

Date: Tue, 10 May 2011 19:08:29 +0200

To: 'François de Morant'<francoisdemorant@afsi.eu>

Cc: inter-assoc@googlegroups.com<inter-assoc@googlegroups.com>

Subject: [inter-assoc] RE: Petite question

 

je suis contente que vous leviez le doute.

 

Sur les effets de l'application cumulée des trois critères, les résultats que nous avons eu en observant les trois années précédentes montrent que ce le périmètre est sensiblement réduit : en 2009, par exemple, 34 films de moins de 4 millions d'Euros était en dessous de la la barre des 18 % et donc exclus du dispositif.

 

C'est pourquoi les parties à la négociations avaient insisté pour que ces critères soient cumulatifs.

 

Cordialement,

 

Maylis Roques

 


 


0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Enquête contrats de travail 2020: Les résultats

Enquête contrats de travail 2020: Les résultats

En juillet 2020, L'Afsi relayait sur son site une enquête sur les pratiques en cours concernant...

David RIT
6 mai 2021
Étude - Discrimination et micro-agressions en studios d’enregistrement

Étude - Discrimination et micro-agressions en studios d’enregistrement

La réputation de l’AFSI dépassant nos frontières, voici qu’on nous écrit du Canada… pour nous...

Pierre BEZARD
25 avril 2021
Nouveau guide des préconisations des CCHSCT Cinéma et Audiovisuel

Nouveau guide des préconisations des CCHSCT Cinéma et Audiovisuel

L’AFSI vient de recevoir la dernière version du «Guide de préconisation de sécurité sanitaire...

Pierre BEZARD
11 avril 2021
Une cellule anti Harcèlement pour la culture

Une cellule anti Harcèlement pour la culture

Traiter le viol, le harcèlement sexuel, les violences sexistes et sexuelles, et toute forme...

Pierre-Antoine COUTANT
13 février 2021
Une pétition pour le poste de 2d assistant son

Une pétition pour le poste de 2d assistant son

L'Afsi et les syndicats de salariés (Sntpct et Spiac) lancent une pétition pour appuyer leur...

David RIT
13 février 2021
INFORMATION IMPORTANTE concernant la FORMATION

INFORMATION IMPORTANTE concernant la FORMATION

Le DIF devient le CPF….De quoi parle t on ?De la monétisation des droits de formations.Le DIF ou...

Eric TISSERAND
17 décembre 2020