Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Pierre-Antoine COUTANT
20 septembre 2021
La réalité de la fiction

La réalité de la fiction

Alors que le festival de la fiction de la Rochelle 2021 est derrière nous, on pourra se plonger dans le dernier rapport du CNC sur les tendances de la fiction française.

Toujours troisième producteur européen en volume derrière l’Allemagne et surtout l’Angleterre, les séries françaises font des très bons scores à la télévision avec des audiences qu’on n'avait pas vues depuis 15 ans, voire depuis les années 90 avec Navarro par exemple.

A l’étranger elles s’exportent plutôt mieux - surtout si on regarde 10 ans en arrière - et on commence à voir apparaitre le poids des plateformes à la demande type Netflix (VàDA) où Lupin, estampillé fiction française, fait les meilleurs scores en janvier 2021.

Si on ajoute à cela les obligations de production qui vont se mettre en place pour ces nouveaux opérateurs, nul doute que la production de fiction, qu’elle soit audiovisuelle ou cinématographique, ne va pas ralentir de sitôt.

Ces bonnes nouvelles mettent pourtant en lumière le retard français en matière d’infrastructures de production.

Pour y remédier et combler le retard, en particulier au regard de ce qui se fait au Royaume-Uni, le CNC a mis en place un plan de relance de 10 millions d’Euros.

Ce « choc de modernisation » concerne 20 projets dont 8 studios de tournage et 12 projets de production numérique. Il s’agit soit de rénovation d’infrastructures existantes comme pour la Victorine à Nice, soit de création comme pour Epique Studio au Puy du fou en Vendée ou de la BA 112 à Reims pour un total de 27.400 mètres carré de plateaux.

Tournés vers l’avenir ces investissements cherchent également à développer des pratiques écoresponsables en matière d’énergie, de limitation de l’artificialisation des sols, de recyclage des décors.

Au niveau de l’AFSI nous intervenons de manière indirecte sur ces projets.

D’une part nous sommes conviés à participer à la mise à jour d’une recommandation CST sur les plateaux de tournage afin d’orienter ces investissements qui, pour ce qui nous concerne, doivent répondre à nos besoins professionnels et aux meilleurs standards internationaux.

D’autre part avec nos collègues de l’inter-association nous devons également continuer à nous mobiliser pour pérenniser et moderniser les Studios de Bry sur Marne qui n’ont pas pu profiter de ce choc de modernisation et qui restent pour l’heure l’infrastructure la plus pertinente.

L’AFSI participe donc à ces deux groupes de travail qui vont se réunir régulièrement d’ici à l’été prochain et nous cherchons des volontaires pour nous aider dans cette tâche. Parce que si la volonté politique est là, il ne faudrait pas que cette réalité ne devienne une mauvaise histoire ou pire encore une œuvre de fiction.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Tant mieux!

Tant mieux!

Alors que l'épidémie semble déjà prête à reprendre en ce début d'été à peine restaurants et...

David RIT
7 juillet 2021
Respirez les salles rouvrent !!!

Respirez les salles rouvrent !!!

Mais au-delà de cette bonne nouvelle, comment distribuer plus de 450 films et leur assurer une...

Eric TISSERAND
8 mai 2021
C’est quand que ça rouvre ?

C’est quand que ça rouvre ?

Au moment où les lieux de culture en général et les salles de cinéma en particulier sont...

Pierre-Antoine COUTANT
20 mars 2021
"Le virus ne prend pas de vacances " : Édito - décembre 2020

"Le virus ne prend pas de vacances " : Édito - décembre 2020

« Le virus ne prend pas de vacances »2 avril 2020 - Édouard PhilippeOn y avait cru pourtant !...

Pierre GAUTHIER
23 novembre 2020
Seule certitude, l’incertitude

Seule certitude, l’incertitude

Le moins qu’on puisse dire avec la crise sanitaire c’est que ce qui était vrai hier ne l’est...

Pierre-Antoine COUTANT
5 octobre 2020